Programme DESC AFRICA

Le développement logique des modes de pensée panafricains doit par ailleurs s’ouvrir à la démocratisation culturelle à travers un universalisme afrocentré. Nous ne prescrivons pas le rejet du monde, ni des autres… nous travaillons à faire resurgir l’Afrique dans le monde, et parmi les autres. Le programme DESC Africa couvre par conséquent la politique générale publique et divers autres domaines en liaison avec la politique économique et les stratégies sectorielles. Pour relier la science à la vision d’une Afrique émergente, ce qui serait propice à la réalisation de cette ambition, le programme DESC Africa offre aux Etats un modèle complet de développement baptisé « le Plan David ».



Le Plan David est un nouveau modèle de développement global pour l’émergence des pays de l’Afrique subsaharienne en 10 ans. D’après le critère de classification Atlas de la Banque mondiale (si nous considérons les seuils de revenus révisés le 1er juillet 2018), les pays à faible revenu et les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure et supérieure ont respectivement un RNB (Revenu national brut) par habitant inférieur à 996 US $ ; un RNB/habitant compris entre 996 et 3 895 US $, et enfin 3 896 et 12 055 US $. Le RNB/habitant des pays à revenu élevé est supérieur à 12 055 US $. Notre modèle s’adresse aux pays à faible revenu et ceux appartenant à la catégorie des revenus intermédiaires (tranches inférieure et supérieure) : selon nous, ces économies sont de petites tailles comme David, par rapport aux économies de grandes tailles (revenu élevé) comme Goliath.

Ce constat fait, le Plan David est pour nous un modèle de rattrapage des économies avancées par les économies moins avancées. Le programme de rattrapage et de développement économique qu’il propose comprend deux outils de planification, un plan stratégique et un plan économique spécial (PES) :

1. Les deux outils de planification : (i) le premier configure la vision de l’Etat et sa politique économique aux paramètres standards de la constitution économique et de l’immersion identitaire prévus par notre modèle (ii) le deuxième s’appuie sur des principes économiques et de droit (réglementation) pour élaborer les plans de réformes, les politiques sectorielles et les modèles de coordination de marché par une stratégie modérée de mainmise sur les marchés du travail, des biens et services, des actions, des obligations, des devises et de la technologie ;
2. Le Plan stratégique se compose principalement d’instruments efficaces pour introduire les trends de croissance et les mouvements courts visant la soutenabilité de l’action économique, sa résilience face aux chocs et son inscription équilibrée dans la durée ;
3. Le Plan économique spécial mobilise à travers un régime particulier de la croissance d’importantes ressources (savoirs, expertises, savoir-faire, ingénieries, financement), pour fournir un accompagnement de qualité aux communes, entrepreneurs, start-up, petites entreprises, moyennes entreprises, grandes entreprises, laboratoires, centres hospitaliers, grandes écoles, écoles secondaires, écoles primaires et aux administrations publiques. Avec nos partenaires, nous créons des conditions économiques adéquates et des écosystèmes productifs pour garantir un encadrement homogène et un suivi rigoureux à plus de 500 acteurs économiques par an (plus de 5000 acteurs en 10 ans). Globalement, le PES se déroule en trois étapes (les trois étapes de la croissance pour le take-off introduites par Raoul NOUGOUM). Dans l’optique de consolider le cadrage de ses priorités d’action, l’opérationnalisation des objectifs stratégiques du PES s’exécute à travers 9 plans d’action : (i) le plan de modernisation de l’économie (ii) le plan d’appui éducatif et de formation productive (iii) le plan de prospection, d’exploitation et de gestion des ressources naturelles et environnementales (iv) le plan énergie (v) le plan d’industrialisation (vi) le plan santé (vii) le plan sécurité et (viii) le plan sociolinguistique (ix) plan d'investissement.

Le Plan David est un programme intégré de développement global qui respecte la vision et la planification économique de chaque pays. A cette fin, une phase de pré-étude permet de mettre sur pied un plan cohérent assorti d’une série d’indicateurs, d’un calendrier, et de mesures spécifiques indiquant comment nous entendons mettre en œuvre les priorités du partenariat avec nos clients.
A court terme, nous pouvons garantir des surplus de croissance allant de 2 à 5 % ratio PIB par séquence courtermiste si nos directives sont appliquées.